Nihon, watashi wa koko ni

Lise au Japon

4 février, 2011

Tourisme… professionnel

Classé dans : Bibliothèque,Visites — lise @ 16:53

Tourisme... professionnel dans Bibliothèque library-war-2

 

 

 

 Mon séjour touche à sa fin… déjà ! emoticone Et pour les derniers temps, Yuko et Yukiko, mes collègues, m’ont concocté un programme chargé de visites. Entre autres :

 

  • la bibliothèque de la Diète. Non, rien à voir avec le régime alimentaire : la Diète, c’est le Parlement… bon OK, ça n’explique toujours pas pourquoi ça s’appelle Diète emoticone. Cette bibliothèque est l’équivalent de notre BnF
  • la médiathèque de l’arrondissement de Chiyoda. Bibliothèque qui a ouvert il y a tout juste 3 ans, et donc à la pointe de la bibliothéconomie. Entre autres choses, elle met à disposition tous les types de ressources médiathèques : accès wifi, télés pour les DVD, écouteurs pour les CD et prêt de livres numériques. Petite particularité de cette bibliothèque : bien que dépendant de la mairie, les personnes qui y travaillent ne sont pas des fonctionnaires. Ils dépendent en fait de 3 sociétés à qui a été confiée la gestion de la médiathèque ; l’une de ces sociétés et Suntory… une marque de bière !
  • et…. la bibliothèque du manga et des subcultures de l’université de Meiji. Hasard du calendrier, cette visite a eu lieu vendredi dernier, le jour de l’ouverture du festival de la BD d’Angoulême emoticone. Petite surprise toutefois : cette bibliothèque n’a vu le jour qu’il y a 1 an et est logée pour le moment (en attendant une bibliothèque digne de ce nom,  prévue pour 2014) dans des locaux limite vétustes… En fait, il faut bien être conscient que le manga, même s’il est ultra consommé (au sens littéral du terme), n’a quasiment aucune reconnaissance ; il n’y a qu’à voir le nom de cette bibliothèque, « manga et subcultures« . Le phénomène, qui a pourtant débuté il y a plus de 50 ans commence tout juste à attirer l’attention des universitaires et des autorités.

En prime, j’ai pu longuement discuter avec Noda-san, un spécialiste du manga et traducteur de BD franco-belge, et M. Nguyen, spécialiste de l’animation (qui connaît personnellement Miyazaki), et occasionnellement traducteur de Taniguchi… des rencontres qui tombent à pic, vu que je dois faire l’interview d’un traducteur pour un cours de l’IUT !

BD traduite par Noda-san      Manga traduit par Ilan Nguyen

traduction de Noda-san                                                                             traduction de Ilan Nguyen          

31 janvier, 2011

Un peu de sérieux

Classé dans : Bibliothèque — lise @ 17:40

eve13.jpg

Je me plains parce que je ne peux visiter Tokyo que la nuit ; mais à quoi je peux bien occuper mes journées ? Et bien, pendant que vous dormez, je travaille. Et vu que je passe la majeure partie de mon temps à la bibliothèque, ça serait bien que je vous dise aussi un peu ce que j’y fais.

En gros, je passe ma journée sur internet  emoticone. Ma mission principale est de créer un portail netvibes (flux RSS et liens) destiné aux étudiants et aux chercheurs qui font des recherches sur la France. Je dois donc chercher les sites de références sur la France dans TOUS les domaines sociaux, culturels et techniques (en jargon bibliothéconomique ça se traduit par « tous les domaines de la classification Dewey« ). On peut dire que j’ai du pain sur la planche… Pour le moment, le portail est en construction, mais voyez ici ce que ça donne. On ne sait jamais, il peut y avoir des choses qui vous intéressent. Si de votre côté vous connaissez des sites de niveau universitaire mais assez généralistes dans vos domaines respectifs, n’hésitez pas à me les donner (je manque d’idées pour remplir les onglets sur les sciences et techniques) !

Mis à part ça, je fais du catalogage. C’est-à-dire : la médiathèque de l’institut franco-japonaise (une autre bibliothèque de Tokyo) a donné à la BMFJ des livres. A moi de vérifier s’ils peuvent être intéressant pour notre public et, si c’est le cas, de les référencer dans le catalogue avec le titre, le nom de l’auteur, le nombre de pages, et un tas d’autres caractéristiques. Un travail qui serait vraiment fastidieux sans l’informatique et internet : en allant dans les bases de données d’autres bibliothèques (la BnF par exemple), on peut récupérer les notices bibliographiques toutes prêtes et les intégrer directement à notre catalogue. Ce n’est pas gagné pour autant : un même ouvrage pouvant être édité plusieurs fois, il faut s’assurer qu’on a trouvé la bonne notice, et tous les livres ne sont pas encore enregistrés ; il faut encore ajouter à cela les bugs du site de la BnF… Et puis les catalogues virtuels, c’est bien beau, mais ce n’est pas ça qui enlève la poussière qui s’est accumulée sur les livres pendant quelques années (voires décennies pour certains).

J’ai aussi eu l’occasion de participer à des activités de la MFJ (conférence d’Emmanuel Lozerand sur « la question de l’individu en Occident et au Japon », plus particulièrement dans la littérature, et celle de Guy Sorman sur « la Chine, une puissance faible ») et de visiter des bibliothèques japonaises. Un tas d’occasions de faire des rencontres intéressantes et instructives Sourire. untitled.bmp

Le stage n’est pas encore terminé, mais je crois pouvoir dire sans trop m’avancer qu’il m’aura été très profitable !

19 janvier, 2011

1ers jours de travail

Classé dans : Bibliothèque,Humeur — lise @ 4:31

Normalement, si j’avais suivi l’ordre chronologique de mon séjour, j’aurais dû commencer par vous raconter ma balade dans Tokyo. Mais comme il y a beaucoup de choses à dire, des photos à trier et que je n’ai pas encore eu le temps de m’en occuper, l’article n’est pas encore prêt. 

En revanche, il me paraît urgent de mettre certaines choses au point par rapport à mes 1ers jours de travail à la bibliothèque.

Tout a pourtant très bien commencé : je ne commence qu’à 10h le matin et j’ai 1min30 de trajets (les jours où je traîne) entre ma chambre et la bibliothèque, ce qui me permet de me préparer tranquillement. J’ai été très gentiment accueillie par Yukiko qui m’a présenté à tout le personnel de la MFJ. La politesse japonaise n’est pas une légende : dès qu’on arrive dans un bureau, tout le monde se lève et s’incline pour vous souhaiter la bienvenue ! ça semble tout à fait naturel quand c’est eux qui le font, mais quand je le fais à mon tour, je me sens plutôt godiche. Enfin bon, passons, on verra avec l’entraînement. Yukiko me présente également les locaux, les collections et l’organisation de la bibliothèque. Je vous passe les détails, je sens que ce n’est pas ça qui va vous passionner.

asuka4.gifArrivons plutôt au point qui nous intéresse : l’ordinateur. Mon poste est équipé d’un clavier QWERTY (pour ceux qui ignorent ce dont il s’agit, en France, le clavier des gens normaux commence par les lettres AZERTY ; le clavier anglais, et des gens bizarres, commence par les lettres QWERTY). Pas très pratique pour écrire, surtout quand on n’a plus l’habitude de regarder où on pose les doigts… En plus, comme il s’agit d’un clavier anglais, il n’y a pas les touches pour les lettres accentuées. Certains d’entre vous m’ont alors obligeamment fait remarquer qu’il s’agissait  typiquement d’un problème entre la chaise et l’écran (blague stupide d’informaticien pour se moquer des personnes – entre la chaise et l’écran- qui sont à l’origine de leurs propres problèmes informatiques). C’est effectivement le cas : le clavier est justement situé sur le chemin !

miniasuka.jpgMais vous remarquerez qu’aujourd’hui, alors que je rédige ce post dans les mêmes conditions qu’hier, il n’y a plus de problème d’accent ! et ce que vous ne voyez pas, c’est qu’il m’aura fallu que quelques minutes pour rédiger tout ça. Et oui, c’est la victoire de la femme sur la machine ! j’ai refusé de me soumettre à ses lois iniques et j’ai modifié les paramètres d’écriture !

 

etincelle |
Iban et Mélo en vadrouille! |
nonnadaddy2 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | A la découverte de CUBA
| Bouira entre le présent et ...
| Peter Pan Sur America