Nihon, watashi wa koko ni

Lise au Japon

9 février, 2011

Dernier week end

Classé dans : Tokyo,Visites — lise @ 18:45

Dernier week end dans Tokyo lhtama017Il était prévu que ce week end là je visite les montagnes qui bordent Tokyo (soit Fuji-san, soit le mont Hakone). Toutefois, il me restait tant de choses à voir dans la capitale que j’ai préféré rester. Il faudra que je me contente d’avoir vu le mont Fuji tous les jours depuis la fenêtre de ma chambre à la MFJ… Mais bon, comme ça, ça me fera une bonne raison de revenir au Japon emoticone !

Yoyogi et Harajuku :

Yoyogi, c’est 2 parcs en 1, ou, plus exactement, côte à côte : celui où il y a le temple, caché au milieu d’une véritable forêt… et bondé de touristes le week-end, et l’autre, où viennent se détendre les japonais. Franchement, même si cette partie du parc est moins jolie, c’est celle-là que j’ai préférée. Les gens se retrouvent là pour exercer diverses activités, du farniente en famille et pique nique entre amis au vélo acrobatique (il me semble que ça s’appelle le « biking », ou quelque chose du genre), en passant par le foot, les petits concerts, spectacles de théâtre, ou groupes de rire (si, si, je vous jure)… et le cosplay ! enfin, j’ai pu voir des cosplayeurs! mais désolée, il n’y a que peu de photos, je n’ai pas osé demandé quand je les croisais dans la rue.

En suivant un groupe à la tenue particulière (je croyais qu’ils me mèneraient à un grand meeting cosplay où il m’aurait été plus facile de prendre des photos), je suis tombée sur un espèce de marché aux puces provisoire : la place était recouverte de plaids où les jeunes revendaient leurs anciennes fringues, divers gadgets et autre bric à brac pour se faire un peu de monnaie. Joyeuse pagaille et ambiance garantie ! Harajuku, mon 2è quartier préféré !

Yoyogi et Harajuku
Album : Yoyogi et Harajuku

10 images
Voir l'album

Visite au musée : 

index_ph002 dans VisitesAprès ça, je file vers le centre, du côté du palais impérial (malheureusement invisible aux visiteurs). C’est là que se trouve le musée Idemitsu, où se tient l’exposition « art of Rimpa » pour laquelle on m’a donné des places*. Rimpa est une école de peinture décorative fondée au XVIIè siècle. J’ai pu voir, entre autres, de magnifiques éventails, des paravents et des portes coulissantes plaqués d’or et des porcelaines peintes à la main… magnifique ! Un petit coup de coeur pour les portes décorées d’éventails et pour les paravents représentés sur les tickets. (Pour un aperçu de l’expo, cliquez sur le ticket, puis sur l’image de l’article qui apparaît)

Mais quel dommage que la plupart des explications soient en japonais !!!  C’est décidé, pour mon prochain séjour, je me mets au japonais !


* bel exemple de la gentillesse des Tokyoites : alors que, pour changer, j’étais perdue à la sortie du métro pour me rendre à la Bibliothèque de la Diète, un monsieur me propose son aide. Non seulement il m’a amené à bon port en taxi, mais en plus, il m’a donné des places pour cette exposition ! Arigato gozaimasu !

Ueno & Co

La boucle est bouclée : retour du côté de Ueno, pour déposer une Ema (pas très efficace en fait, apparemment…). En arrivant dans le quartier par un autre chemin, je découvre que j’avais manqué une partie du parc ! quelle bonne idée d’être revenue ! D’autant plus qu’à quelques minutes de là se trouve Yanaka, l’un des rares quartiers de la ville épargné par les bombes et les derniers tremblements de terre. Pour le coup, j’ai l’impression de me retrouvé à Kyoto, vu la quantité de temples ! Mais quel calme… un vrai plaisir de se promener dans les petites rues en pentes… et les cimetières. Merci Petit Futé ! Rien à voir avec Asakusa, quartier réputé pour son caractère traditionnel, mais qui, finalement, ressemble plus à un parc à touristes. D’ailleurs, juste à côté des immenses temples reconstruis dans les années 50 se trouve un parc d’attraction… J’ai pris 2/3 photos pour la forme, et j’ai vite déguerpi du côté des berges du fleuve, d’où j’ai pu admirer le coucher de soleil.

Ueno & Co
Album : Ueno & Co

10 images
Voir l'album

Par ailleurs, j’ai profité d’être du côté de Ueno pour me rendre dans un autre lieu très célèbre de Tokyo… du moins pour ceux qui possèdent un minimum de culture manga. Allez, petit test de connaissance : reconnaîtrez-vous ce lieu ?

590.jpg

3 février, 2011

Kyoto vs Tokyo (Kyoto 3/3)

Classé dans : Kyoto,Visites — lise @ 0:57

tour de Kyoto VS  tour de Tokyo

2 villes complètement opposées, et pas seulement par le nom. Ce sont surtout 2 ambiances totalement différentes.

Que ce soit Tokyo ou Kyoto, on ne peut pas dire franchement que ce soient de jolies villes : aucune cohérence architecturale, les fils électriques qui pendouillent dans tous les sens, etc… (mais j’aime bien ce côté joyeux foutoir). Cependant, Kyoto se distingue de Tokyo par son architecture : ici, les buildings sont moins hauts, et il y a beaucoup de vieilles maisons aux façades en bois. En effet, Tokyo a été en très grande partie rasée par les bombardements de la 2è GM, alors que Kyoto a été épargnée (grâce à l’intercession d’un français auprès des autorités américaines). C’est pourquoi on trouve dans cette ville autant de lieux historiques d’origine (à Tokyo, la plupart des temples sont des reconstructions des années 50), et qu’elle a pu conserver cette atmosphère traditionnelle. Dans le quartier de Gion, on a carrément l’impression de se retrouver à l’époque des Geishas ! ça fait très drôle après ça de revenir vers la gare. Inutile de vous dire que les habitants de Kyoto ont été contre ce projet architectural trop moderne à leur goût.

tradition et modernité
Album : tradition et modernité

8 images
Voir l'album

Kyoto mérite bien son ancien nom Heian-kyo, « capitale paisible ». Comparée à Tokyo, quel calme ! pas d’écran géant aux coins des rues déversant des flots de musique, pas de commerçant cherchant à attirer les passants dans sa boutique, même sur le marché de Nishiki. Une ville propice à la méditation, que ce soit dans l’enceinte des temples avec les jardins zen, ou sous les cerisiers qui bordent Tetsugaku no michi, « le chemin de la philosophie ».

la capitale paisible
Album : la capitale paisible

3 images
Voir l'album

27 janvier, 2011

Kyoto 1/3

Classé dans : Kyoto,Visites — lise @ 16:10

copiedeimg4628.jpg

Le week-end dernier, donc, je suis partie à Kyoto. Beaucoup de choses à dire, une ville vraiment particulière qui se caractérise principalement par le nombre de temples et de sanctuaires au mètre carré. En 2 jours, je n’ai pu en voir à peine qu’une petite dizaine (un infime pourcentage). Vous imaginez aisément la quantité d’infos et de photos que je dois trier avant de pouvoir publier un post décent là-dessus. Et comme je n’ai pas trop le temps ce soir (je prépare ma valise pour déménager demain chez le rocker emoticone), vous n’aurez que le récit des aspects techniques de cette expédition.

Je dois avouer que je me suis plutôt bien organisée (ce qui est une première pour moi, vu que je n’aime pas prévoir ce genre de choses à l’avance). Pour des raisons financières, je n’ai pu faire l’expérience ni du Shinkansen (TGV japonais), ni du Ryokan (auberge japonaise traditionnelle), pour leur préférer les solutions moins onéreuses. Aucun regret (ça sera pour la prochaine fois), j’ai pu faire d’autres expériences tout aussi particulières (mais pas le capsule hotel, désolée Seb).

Le transport, tout d’abord : le bus de nuit ! Franchement, c’est génial : départ à 23h de Shinjuku, arrivée à 6h30 à la gare de Kyoto, et idem pour le retour à Tokyo. Non seulement le bus coûte moins cher que le train, mais en plus il permet d’économiser une nuit d’hôtel et de profiter au maximum des 2 jours. Quant au confort, il n’y a (presque) rien à y redire : les sièges sont confortables, et suffisamment espacés en longueur et en largeur ; les rideaux bloquent assez bien la lumière ; il y fait suffisamment chaud pour qu’on puisse enlever quelques couches de vêtements, histoire d’être à son aise et ils fournissent même une couverture et des chaussons. Seuls le bruit du moteur et le mouvement du bus auraient pu être gênants pour dormir, mais j’avais prévu le coup : boules quies et 1/2 cachet de somnifère. Non, vraiment, rien à redire… sauf la seule chose que je n’avais pas prévue, et contre laquelle je n’aurais rien pu faire de toute façon : l’odeur… Je suis vraiment désolée de devoir le dire, mais les filles sentent plus mauvais des pieds que les garçons. Juré, c’est le résultat d’une observation scientifique sur le terrain (j’étais dans un bus réservé aux femmes à l’aller mais pas au retour, j’ai pu comparer). Bizarrement, ça m’a moins dérangé à partir du moment où moi aussi j’ai enlevé mes chaussures emoticone.

img4525.jpgEn ce qui concerne le logement, je bénis et maudis à la fois le Petit Futé du Japon : l’adresse recommandée est parfaite pour y passer une nuit (même si elle ne paye pas de mine). Par contre les indications fournies pour la trouver sont plus que confuses… Heureusement, j’étais arrivée tôt, bien avant l’ouverture des temples : j’ai tourné pendant quasiment 1 heure dans le quartier, jusqu’à ce que je tombe sur quelqu’un qui connaissait cette auberge de jeunesse.  Il s’agit du « Toji-an guesthouse », à 2 pas du temple Toji (un bon point de repère pourtant). J’ai été accueillie par le propriétaire, un charmant vieux monsieur qui s’est excusé de ne pouvoir m’offrir qu’un lit en dortoir (ça tombe bien, c’est exactement ce que je voulais) et parce qu’il n’y a pas de salle de bain dans la résidence, ce qui oblige donc d’aller aux bains publics… (nous reviendrons plus loin sur ce sujet). La chambre était parfaite pour une nuit, mais, à vrai dire, il ne vaut mieux pas y faire de longs séjours : environ 20 ou 25 m2 tout au plus pour 4 lits superposés au matelas un peu dur (c’étaient des futons en fait) et un lavabo, et le petit déjeuner se prenait à l’étage, dans le dortoir des garçons.  Chez les filles, on était 2 françaises, 1 coréenne et 1 japonaise ; chez les garçons, 1 français, 1 anglais, 1 belge et 2 coréens. On tenait à peine autour de la table du petit déjeuner ; le moins qu’on puisse dire, c’est que c’était convivial ! Malgré un anglais très approximatif, on a discuté un bon moment et on s’est échangé les bons plans de visites. Un moment bien sympa, bien au chaud sous le kotatsu (table chauffante qui ferait le bonheur de maman, mais trop encombrante pour ramener avec ma valise).

Kyoto 1/3 dans Kyoto kotatsu-166406b4b

img4687.jpgA la fin de la 1ère journée, il ne me tardait qu’une chose : prendre un bon bain, bien relaxant… mais comme mentionné plus haut, pas de salle de bain au Toji-an. Donc direction les bains publics. Justement, une expérience japonaise* que je voulais tenter ! Encore faut-il savoir comment ça se passe… 1ère question dès les vestiaires : faut-il vraiment se déshabiller totalement ? mais la mini-serviette qu’on m’a donné à l’entrée ne sert à rien ! emoticone Eh oui, mieux vaut ne pas être pudique… de toute façon, ça ne dure pas : à la 1ère mémé qui arrive et enlève ses vêtements sans complexes, on perd aussitôt les siens. Mais les questions continuent en arrivant aux bains proprement dits : entre le coin des douches, des bains et du sauna, par quoi faut-il commencer ? quel est le protocole ? Bon, là aussi, suffit de suivre l’exemple… d’abord savonnage et rinçage à la douche, ensuite le bain chaud.. ultra chaud, même (ça a d’ailleurs bien fait rire les autres femmes quand elles m’ont vues entrer dans l’eau et ne plus pouvoir bouger tant ça brûlait) ; mais une fois qu’on s’y habitue, le pied total ! attention à ne pas y rester trop longtemps quand même, ça peut donner des vertiges. Après ça, on va se rafraîchir au sauna, où on passe le temps en regardant un drama (soap asiatique) mièvre à souhait ( re – le pied !). Enfin, avant de se rhabiller, petite halte dans le bain glacé. Là aussi, le changement de température est rude, mais celui-là, j’y suis habituée. Mes impressions à la sortie : c’est comme si je venais de passer 3/4 d’heure dans un centre balnéo (pour le côté détente) qui fait en même temps salon de coiffure (toutes les femmes du quartier se retrouvent là pour discuter). Recommencer ? Pourquoi pas !

 * les bains publics sont très répandus au Japon, bien que moins fréquentés depuis quelques années, les appartements étant maintenant généralement équipés d’une salle de bain.

25 janvier, 2011

Tokyo by night… ou l’art du flou

Classé dans : Tokyo,Visites — lise @ 16:23

Tokyo by night... ou l'art du flou dans Tokyo Etant données l’heure à laquelle se couche le soleil et l’heure à laquelle je débauche, impossible de visiter Tokyo de jour. A cause de ça, je vais modifier mon programme : le week end prochain, plutôt que d’aller me balader dans les montagnes qui entourent Tokyo et voir des sanctuaires (je crois que j’ai eu ma dose à Kyoto :) ), je resterai en ville.

wall15bis.jpgMais bon, la nuit à Tokyo a son charme aussi. C’est sympa de se promener dans une ville toute éclairée. Et vous allez voir que Tokyo n’a pas à se plaindre de ce côté là ! Surtout du côté de Roppongi, un quartier à l’ambiance plus occidentale que nippone, et de Shibuya (leur rue Ste Catherine, en moins long et largement influencée par les aménagement urbains New-Yorkais) ; ici, j’ai retrouvé des images que j’avais déjà vues dans les mangas !

NB : les photos qui peuvent sembler floues, on va faire comme si c’était un flou artistique… Merci (que voulez-vous, c’est dur de faire des photos de nuit sans pouvoir poser l’appareil pendant les prises de vues longues)

Tokyo by night
Album : Tokyo by night

8 images
Voir l'album

 

20 janvier, 2011

Déambulations 1/3 : docteur Jekyll et Mr Hyde

Classé dans : Tokyo,Visites — lise @ 17:51

Office du tourisme oblige, Shinjuku est mon 1er arrêt. Dans un guide, ils décrivent ce quartier ainsi : docteur Jekyll et Mr Hyde… ma foi, c’est bien vu.

img4391.jpgEn effet, pour se rendre à l’hôtel de ville, où se trouve l’office du tourisme, non loin de la gare de Shinjuku – du moins, quand on arrive enfin à trouver la bonne sortie (cette gare est un vrai labyrinthe) -, on tombe sur une rue très animée, très colorée, très odorante (surtout à l’heure du repas), pleine de petits restaurants typiques (oui, Burger King fait partie du lot, les japonais adorent les fast-food) et autres commerces. C’est ici, mais pas au Burger King, que j’ai fait mon 1er repas japonais (hum, on en reparlera…). On ne dirait pas comme ça, mais à la base, ce n’est pas une rue piétonne…

Et une fois qu’on a remonté cette rue, sans transition, le paysage change du tout au tout : juste à côté des petits bâtiments chamarrés de 4-5 étages max, on trouve ces gratte-ciels tout gris (soyons sérieux, c’est le quartier d’affaire et administratif), démesurés quand on tient compte du risque sismique… il paraît qu’à Tokyo, les bâtiments ont une durée de vie de 4 à 5 ans… Plutôt cool pour les architectes (mais seulement pour eux) qui peuvent ainsi s’amuser à concevoir de nouveaux design. A propos, devinerez-vous quel monument célèbre a servi de modèle à l’hôtel de ville ? J’ai profité de cette halte à la mairie pour monter à l’observatoire de la tour nord. Le spectacle est impressionnant ! on a vue jusqu’au mont Fuji ! Au passage, admirez le ciel bleu (quel temps fait-il en ce moment en France ?) ; il n’a pas changé depuis 4 jours emoticone.

hôtel de ville de shinjuku vue de l'observatoire sur la ville

copiedeimg4383.jpg

Allez, un petit indice pour la question sur l’hôtel de ville. Il s’est inspiré :

  1. de l’église Notre-Dame
  2. des Twins Towers de N-Y
  3. des pyramides de Gyzeh

Déambulations (lundi 17)

Classé dans : Tokyo,Visites — lise @ 17:48

Le travail à la médiathèque ne commençant que mardi, je profite de ma journée du lundi pour visiter la ville de jour (vue l’heure à laquelle la nuit tombe, le reste du temps ça sera surtout Tokyo by night). Par contre, la plupart des musées sont fermés le lundi, donc au programme : simples déambulations, histoire de prendre la température de la ville. La chance est avec moi : le temps est splendide pour la saison, et depuis mon arrivée, j’ai été gâtée par le soleil… mais le froid, lui, est bien hivernal.

3 quartiers intéressants sont desservis par la ligne Yamanote, qui fait le tour de Tokyo : Shinjuku, Ueno et Akihabara (voir le plan).

train.jpg

19 janvier, 2011

1ers jours de travail

Classé dans : Bibliothèque,Humeur — lise @ 4:31

Normalement, si j’avais suivi l’ordre chronologique de mon séjour, j’aurais dû commencer par vous raconter ma balade dans Tokyo. Mais comme il y a beaucoup de choses à dire, des photos à trier et que je n’ai pas encore eu le temps de m’en occuper, l’article n’est pas encore prêt. 

En revanche, il me paraît urgent de mettre certaines choses au point par rapport à mes 1ers jours de travail à la bibliothèque.

Tout a pourtant très bien commencé : je ne commence qu’à 10h le matin et j’ai 1min30 de trajets (les jours où je traîne) entre ma chambre et la bibliothèque, ce qui me permet de me préparer tranquillement. J’ai été très gentiment accueillie par Yukiko qui m’a présenté à tout le personnel de la MFJ. La politesse japonaise n’est pas une légende : dès qu’on arrive dans un bureau, tout le monde se lève et s’incline pour vous souhaiter la bienvenue ! ça semble tout à fait naturel quand c’est eux qui le font, mais quand je le fais à mon tour, je me sens plutôt godiche. Enfin bon, passons, on verra avec l’entraînement. Yukiko me présente également les locaux, les collections et l’organisation de la bibliothèque. Je vous passe les détails, je sens que ce n’est pas ça qui va vous passionner.

asuka4.gifArrivons plutôt au point qui nous intéresse : l’ordinateur. Mon poste est équipé d’un clavier QWERTY (pour ceux qui ignorent ce dont il s’agit, en France, le clavier des gens normaux commence par les lettres AZERTY ; le clavier anglais, et des gens bizarres, commence par les lettres QWERTY). Pas très pratique pour écrire, surtout quand on n’a plus l’habitude de regarder où on pose les doigts… En plus, comme il s’agit d’un clavier anglais, il n’y a pas les touches pour les lettres accentuées. Certains d’entre vous m’ont alors obligeamment fait remarquer qu’il s’agissait  typiquement d’un problème entre la chaise et l’écran (blague stupide d’informaticien pour se moquer des personnes – entre la chaise et l’écran- qui sont à l’origine de leurs propres problèmes informatiques). C’est effectivement le cas : le clavier est justement situé sur le chemin !

miniasuka.jpgMais vous remarquerez qu’aujourd’hui, alors que je rédige ce post dans les mêmes conditions qu’hier, il n’y a plus de problème d’accent ! et ce que vous ne voyez pas, c’est qu’il m’aura fallu que quelques minutes pour rédiger tout ça. Et oui, c’est la victoire de la femme sur la machine ! j’ai refusé de me soumettre à ses lois iniques et j’ai modifié les paramètres d’écriture !

18 janvier, 2011

En vol… ou presque

Classé dans : Humeur — lise @ 5:35

ça y’est, j’ai enfin accès à un ordi avec une connexion qui fonctionne ! Desolee pour ceux qui attendaient de mes nouvelles plus tôt, mais il s’est avéré que communiquer depuis le Japon est plus difficile que prévu : pas de réseau du tout pour les portables français, le téléphone de ma chambre à la MJF ne peut pas appeler à l’étranger et acheter une carte de téléphone internationale est inutile quand on n’arrive pas à la faire marcher et que les indications sont fournies en japonais. Cerise sur le gâteau : j’ai amené mon ordi, mais je ne peux pas me connecter à Internet (bien que l’ordi reconnaisse la connexion… Je savais bien que j’avais oublié quelque chose d’essentiel en France… devinez quoi). Résultat des courses, je n’ai même pas pu prévenir les parents de mon arrivée sur le sol japonais en 1 seul morceau. J’imagine l’ambiance à la maison…

cb21.jpgBon, sinon, ce fut un voyage on ne peut plus normal : l’avion est parti à l’heure prévue de Bordeaux, pendant une partie du vol, un bébé a bien rempli son rôle de braillard, la collation fut à la hauteur de mes attentes (grand moment de découverte de la gastronomie nordique, KLM etant une compagnie des Pays-Bas) et à Amsterdam, le vol pour Tokyo a été retardé de plus de 2h parce qu’à la dernière minute, ils ont préféré changer d’avion (en même temps, je préfère ça à l’autre option : s’envoler à l’heure, mais pas forcement atterrir…), donc arrivée avec plus de 2h de retard. En somme, comme je vous le disais, un voyage tout à fait classique. En plus, dans l’avion pour Tokyo, mon écran télé ne marchait pas ! Je m’étais déjà résolue à faire avec et dormir (ce qui n’était pas plus mal, vu la fatigue et la migraine consécutives à une nuit quasiment blanche et à la fatigue du voyage), quand l’hôtesse me propose d’échanger ma place « éco » dans une partie surpeuplée de l’avion contre une place en « éco confort ». C’est loin du luxe de la classe affaire, mais passer d’une place où on ne peut pas étaler les jambes et située dans une zone bruyante, à une autre où ces problemes sont moindres, ça ne se refuse pas. J’ai eu l’immense plaisir en prime de pouvoir regarder Iron Man II… j’espère qu’au retour, le choix sera plus intéressant.

Pour le côté sympa, pendant l’attente à Amsterdam, j’ai rencontré 2 françaises qui prenaient le même vol que moi pour partir ensuite à Nouméa. C’était bien sympa pour passer le temps, et très pratique pour organiser la pause pipi : une surveille les valises pendant que l’autre est aux toilettes. Dans l’avion pour Tokyo, j’étais assise à côté d’une autre française, Séverine, qui travaille aux Pays-Bas et qui en était à son 5è voyage pour Tokyo. Grâce à elle, j’ai pu comprendre ce que me disaient les hôtesses de l’air et faire sans problèmes le trajet de Narita jusqu’à Tokyo. En plus, elle m’a conseillé pleins de trucs à visiter et à lire !

Le plus déroutant dans ce voyage, c’est la sensation d’avoir perdu une journée de ma vie. En effet, on s’est envolé d’Amsterdam à la nuit. Après nous avoir laissé le temps de manger et de regarder un film, extinction des feux. On se réveille un peu plus tard, environ 2h avt d’atterrir, et à 15h30 (heure locale) on descend de l’avion. Jusque là, ça peut passer, il n’y a pas grande différence avec les jours où je me fais une bonne grasse mat’. Là où ça se complique, c’est que le temps de passer la douane, de récupérer la valise et de prendre le train qui nous amène de Narita à Tokyo, il fait nuit ! Pourtant, ces opérations ont à peine pris plus d’1 heure. En fait, c’est juste qu’au Pays du Soleil Levant, la nuit tombe tôt.

NB : je vous demande de ne pas me tenir rigueur pour les accents manquants ou d’eventuelles fautes de frappes : j’ai prepare ce post sur mon ordi, mais je le finalise sur un poste de la bibliotheque, avec un clavier QWERTY et sans accent emoticone

15 janvier, 2011

Programme

Classé dans : — lise @ 1:42

copiedeminiange2.jpg

Les grandes lignes de mon programme de travail, susceptible de changer en fonction de l’humeur et des circonstances :

Samedi 15 janvier : je m’envole ! (durée du vol : 15h)

  • départ de Mérignac à 13h50
  • Arrivée à Amsterdam à 15h40 heure locale (14h40 en France, si mes calculs sont bons)
  • Départ d’Amsterdam à 17h45 heure locale (18h45 en France, même remarque)

Dimanche 16 janvier

  • Arrivée à Tokyo-Narita à 12h50 heure locale (comptez 9h de moins pour la France, donc 3h50… Maman, es-tu sûre que je dois appeler en arrivant ?)
  • Métro aérien (1h) pour rejoindre le quartier d’Ebisu où se trouve la MFJ où je suis logée les 10 1ers jours (A)
  • Si je suis en forme, petite sortie en ville, en espérant tomber sur un meeting cosplay, histoire de bien commencer le séjour

Lundi 17 janvier

Mardi 18 janvier -> Samedi 22 janvier

  • Stage à la bibliothèque de recherche de la MFJ
  • Visites de Tokyo en soirée

Dimanche 23 janvier -> lundi 24 janvier

  • Excursion : Kyoto et ses environs (Nara, et peut-être un détour à Osaka pour aller manger un okonomiyaki avec Nakatsu) (2)

Mardi 25 janvier -> samedi 29 janvier

  • Stage à la bibliothèque de recherche de la MFJ
  • Poursuite des visites de Tokyo by night
  • 27 janvier : déménagement chez Miki et Yoko Curtis (logement jusqu’à la fin du séjour) (B)

Dimanche 30 janvier -> lundi 31 janvier

  • Excursion : visite de courtoisie à Fuji-san et promenade dans la région des lacs (3)
  • Découverte des sources chaudes ? je vais essayer

Mardi 1er février -> vendredi 4 février

  • Stage à la bibliothèque de recherche de la MFJ
  • Toujours les visites de Tokyo en soirée

Samedi 5 février : Sayonara ! (durée du vol : 14h55)

  •  Départ de Tokyo-Narita à 12h55 heure locale (3h55 en France)
  • cartejapon1.giftokyocityoverall.gifArrivée à Paris Charles de Gaulle à 17h15
  • Départ de Paris Charles de Gaulle à 18h35
  • Arrivée à Mérignac à 19h50
  • Repas d’anniversaire de Maman :)
 

etincelle |
Iban et Mélo en vadrouille! |
nonnadaddy2 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | A la découverte de CUBA
| Bouira entre le présent et ...
| Peter Pan Sur America